Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suite à l’arrêté de prise en considération du projet de création du futur parc national de forêt feuillue signé le 7 mars 2016 par le Premier ministre nous tenons à apporter les commentaires suivants.

Cet arrêté est scandaleux et dictatorial puisque les communes sont mises autoritairement dans le cœur du parc sans consultation sur ce point précis des conseils municipaux et encore moins de la population concernée. Lors de la consultation institutionnelle de 2014 sur le projet global de parc national, seules 38% des communes ont émis un avis favorable sans recommandations, et pour la plupart de ces communes elles n'étaient pas concernées par le cœur du parc. Il est très facile de décider à la place des autres, surtout lorsqu'il s'agit de mettre en place des contraintes.

Les propriétaires terriens et forestiers privés ont transmis au GIP, aux services préfectoraux et à Madame la Ministre Ségolène Royal des courriers mentionnant leur volonté de ne pas intégrer leurs propriétés dans ce projet de parc national, source de contraintes fortes et d'atteinte inadmissible à la notion de propriété privée. Non seulement aucune réponse n'a été faite à ces courriers, mais les terres agricoles, les forêts privées et communales sont mises d'office dans le cœur de parc. Les propriétaires sont ignorés, méprisés, non consultés, non représentés, et pourtant la zone d'étude de cœur se fera sur leurs terres et leurs forêts privées . C'est une confirmation de la main mise su le territoire de la technocratie parisienne.

En conclusion la loi de 2006, concernant les parcs nationaux, et qui transfert une grande partie des pouvoirs des maires au profit du directeur du parc, est une loi honteuse, qui autorise la spoliation des biens privés, et antidémocratique.

Oui à la protection de l'environnement, mais sans contraintes dictatoriales et dans le respect de la propriété privée !

Catherine et Alain Salomon (Essarois 21)

Tag(s) : #Parc national