Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PARC NATIONAL : LE PIÈGE SE REFERME


En date du 7 mars 2016, le Premier ministre a signé l'arrêté de prise en considération du projet de parc national de la forêt feuillue de plaine. A l'écoute et à la lecture des médias, il semblerait que la surprise est totale et unanime. En ce qui nous concerne, les opposants de la première heure à ce projet dont je fais partie, nous avons toujours considéré que ce dossier échappait complètement aux décideurs locaux et qu'il était entièrement piloté par les technocrates écologistes parisiens. D'ailleurs la loi de 2006 est très clair sur ce point puisqu'elle met systématiquement en minorité, dans les instances délibératives, les communes directement concernées par ce projet et qu'elle donne tous pouvoirs au directeur du parc nommé directement par le ministère de l'écologie. Nos concitoyens doivent bien comprendre qu'un projet de parc national, tel qu'il est défini actuellement dans la loi de 2006, est un projet d’État, imposé par l’État, avec un objectif purement environnemental.

Alors sur qui pouvons nous compter pour échapper à la mise sous cloche de notre territoire ?

Surtout pas sur nos élus qui continuent à pousser notre région vers le déclin démographique et économique, comme ils l'ont fait depuis des dizaines d'années. Il suffit de regarder et d'écouter les réactions des « Sido », « Guené », « Andriot », « Durantet »etc...qui ne sont ni résidents, ni propriétaires dans la zone d'étude de cœur, pour comprendre qu'ils sont disposés à sacrifier le développement économique et la liberté des habitants au profit de la paix social avec les « écolos intégristes ».

En ce qui concerne les structures représentatives de groupes professionnels (agriculteurs qui sont déjà confrontés à de nombreux problèmes économiques, forestiers, chasseurs, propriétaires etc...) elles sont souvent ligotées par des liens politiques qui empêchent toutes oppositions frontales et surtout elles se sont laissées enfermées dans des sois-disant négociations unilatérales menées de main de maître par les funestes « Durantet », président du GIP ,et « Célet », Préfet de Haute-Marne. Mais que sont-ils devenus ces deux fossoyeurs de notre territoire ? Ils ont pris à leur compte le fameux adage « Courage fuyons ! » puisque le premier a annoncé son départ de la présidence du GIP en juin prochain et que le second est déjà parti sévir sous d'autres cieux.

Face à cette situation, je ne vois qu'une seule solution : le rassemblement et la mobilisation de tous ceux qui ont compris la dangerosité d'un tel projet et qui accepteraient une fois pour toutes de dire « NON AU PARC NATIONAL »



Jean Pierre Girardot, un citoyen en colère , amoureux de son territoire et soucieux du bien être de ses habitants.

Tag(s) : #Parc national